Chercher dans artalog.net...
 

Galerie de la Présidence

     Galerie de la Présidence - Paris - France     Marcel GROMAIRE
 

Marcel GROMAIRE - L'âtre

 
Marcel GROMAIRE L'âtre  
Marcel GROMAIRE - L'âtre
oil on canvas - 1966
100 x 81 cm. - 39,37 x 31,89 inches

Prix : contacter la galerie
Galerie de la Présidence
Tél. : +33(0)1 42 65 49 60
www.presidence.fr


Spokesman for independent art from 1920 to 1950, Gromaire is one of the most original and powerful artists of this century. He worked independently of the groups, the current trends and the schools, as did R. Dufy and Rouault, without giving in to the trends of the time.
His intellectual reasoning and the deep impression that he left on many students are an example of his simultaneously being a constant force yet before his time in French painting between 1920 and 1960. All of these qualities guaranty him a great place in art history, even though he has not yet achieved the honours that he deserves.




Marcel Gromaire est né en 1892 à Noyelles-sur-Sambre (Nord).
Après des études classiques à Douai, puis à Paris, où son père professe au lycée Buffon, il passe son baccalauréat en droit et abandonne au plus vite la carrière juridique.
1910 : il fréquente quelques ateliers de Montparnasse.
1912 : il fait son service militaire à Lille. La guerre éclate, durant six ans d'armée il est blessé en 1916 dans la Somme.
De retour à Paris, il assure, en 1919, la critique cinématographique du " Crapouillot ".
En 1920, la notoriété de Gromaire s'établit et c'est la rencontre avec le docteur Girardin qui, pendant dix années, lui achètera par contrat l'ensemble de sa production. Le docteur Girardin léguera à sa mort, en 1953, au Musée d'Art moderne de la ville de Paris 78 huiles ainsi que des aquarelles de Gromaire.
En 1925, il s'installe Villa Seurat et poursuit la rédaction de ses notes personnelles qu'il tiendra jusqu'à la fin de sa vie (" Peinture - 1921-1939 " publiées en 1980 chez Denoël). Il expose " La Guerre " au Salon des Indépendants : grand succès.

1933 : rétrospective à la Kunsthalle de Bâle : c'est une consécration.
1937 : Paris, Exposition internationale : commandes de l'Etat.
De 1939 à 1944, il réside à Aubusson et participe au mouvement du renouveau de la tapisserie aux côtés de Jean Lurçat.
A partir de 1947, il expose à la galerie Louis Carré.
1950 : il est nommé professeur à l'Ecole nationale supérieure des arts décoratifs qu'il quittera en 1962.
1950 : il se rend aux Etats-Unis en tant que membre du jury du prix Carnegie qui sera, cette année-là, décerné à Jacques Villon. Ce même prix lui sera attribué en 1952.
1954 : il est fait commandeur de la Légion d'honneur.
1956 : il obtient le prix Guggenheim national et, en 1958, le Grand Prix national des arts.
1971 : Gromaire meurt après une longue hospitalisation.