Chercher dans artalog.net...
 

Galerie Bertrand Trocmez

     Galerie Bertrand Trocmez - Clermont-Ferrand - France     Jean LE MOAL
 

Jean LE MOAL - Sans titre

 
Jean LE MOAL Sans titre  
Jean LE MOAL - Sans titre
Huile sur toile - 1984/94
54 x 61 cm.

Prix : contacter la galerie
Galerie Bertrand Trocmez
Tél. : +33 (0)4 73 90 97 97
www.galerie-trocmez.fr


Jean Le Moal à travers quelques textes.
Il y a une étrange concordance entre les exigences du vitrail et de la peinture de Le Moal en général. Dans ses œuvres les plus anciennes, lorsqu'il représentait une fenêtre ou un port, une nature morte ou une figure, Le Moal décomposait la couleur en carrés ou en losanges et le cœur de chacune de ces parcelles, aux contours un peu sombres, s'irisait et s'éclairait d'une lumière qui créait la profondeur, mais était aussi une transparence .Dans ses œuvres plus récentes où la transposition va plus loin, cet effet de miroitement s'accentue au point que la toile donne l'impression d'un verre légèrement teinté,derrière lequel règne l'espace.
Le Moal qui possède une palette très caractéristique, avec une dominante de bleus et de rouges, a conquis une gamme extrêmement nuancée de tons de la plus grande finesse. Il les fait vibrer et jouer le long des grandes verticales qui ont toujours charpenté ses tableaux. Des axes s'ouvrent ; sur les arêtes court un frémissement coloré ; des mauves, des verts apparaissent, puis de longues traînées de feu . Les structures elles-mêmes s'inclinent parfois comme sous le coup d'une bourrasque...il semble que cette perception latérale trace des coupes dont l'atmosphère et dans les substances et nous fait pénétrer davantage au cœur de l'univers.
Jacques Lassaigne
"Jean Le Moal " XXe siècle, 1956

Soudain ce monde du secret semble s'ouvrir à l'étonnement, faire éclater la forme de l'intérieur, s'offrir à nous avec toutes les puissances alchimique d'une nature que chaque parcelle, chaque détail - pierre, racine ou tronc d'arbre - expriment dans sa totalité... De la vision d'un monde où le temps semblait s'être endormi au fond des horloges. Le Moal est passé peu à peu à ce mirage cosmique qui n'est fait que d'un éternel recommencement.
Camille Bourniquel.
"Jean Le Moal", Le Musée de Poche, Georges Fall, Paris, 1960.