Chercher dans artalog.net...
 

Group 2 Gallery

     Group 2 Gallery - Bruxelles - Belgium     Henri MICHAUX
 

Henri MICHAUX - Grande peinture à l'encre de Chine

 
Henri MICHAUX Grande peinture à l'encre de Chine  
Henri MICHAUX - Grande peinture à l'encre de Chine
Peinture à l'encre de Chine - ca 1959
64 x 83 cm.

Prix : contacter la galerie
Group 2 Gallery
Tél. : +32 (0)2 539 23 09 - 538.00.96
www.group2gallery.be


L’espace s’organise en 8 bandes horizontales entamées par le rythme de taches successives qui font suite à des vides. Ce rythme de signes et de formes miniaturisées fait penser à des portées de partitions musicales.



Henri Michaux est né à Namur en 1899.
Dans les années 1920, il collabore activement à la revue d'avant-garde Le Disque Vert fondée par Franz Hellens.
Pendant cette période, il émigre à Paris. Dès lors, il ne cessera de renier tout ce qui le rattache à la Belgique. En revanche, il gardera jusqu'à la fin de sa vie une réelle affinité avec la France et avec Paris en particulier — même s'il ne cessera pas de voyager dans le monde entier.

À Paris, Michaux fut ami avec plusieurs personnes qui jouèrent un grand rôle dans le monde artistique, comme Brassaï, Claude Cahun, Jean Paulhan son éditeur à la NRF, le libraire-éditeur Jacques-Olivier Fourcade; il favorise par ailleurs l'émergence d'une jeune génération de poètes dont Vincent La Soudière.

Outre les textes purement poétiques, il rédige des carnets de voyages réels ou imaginaires, des récits de ses expériences avec les drogues, notamment la mescaline et le cannabis, des recueils d'aphorismes et de réflexions.
Bien que ses ouvrages les plus importants aient été publiés chez Gallimard, de nombreux petits recueils, parfois illustrés de ses dessins, ont été publiés à un faible tirage chez de petits éditeurs.

Parallèlement à l'écriture, dès 1925, il commence à s'intéresser à la peinture et à tous les arts graphiques en général. Exposé pour la première fois en 1937, il ne cesse ensuite de travailler, au point même que sa production graphique prend en partie le pas sur sa production écrite. Durant toute sa vie, il pratiquera autant l'aquarelle que le dessin au crayon, la gouache que la gravure ou l'encre. Il s'intéresse également à la calligraphie qu'il utilisera dans nombre de ses œuvres.

La pratique de l'écriture et du dessin se sont conjugués, notamment, lors de son expérimentation de la mescaline (commencée en 1954, à l'âge de 55 ans, alors que Michaux n'avait auparavant consommé aucune drogue mis à part de l'éther). Cette expérimentation permet aussi de retrouver l'attrait de Michaux pour la médecine et en particulier la psychiatrie. Ces expérimentations se déroulaient avec l'aide d'un médecin, en calculant précisément les doses ingérées, et en notant ou en dessinant ses impressions pendant ces séances. Il s'agit d'une approche scientifique de ces substances psychotropes et de la création artistique qui peut en découler.

À la fin de sa vie, Michaux était considéré comme un artiste fuyant ses lecteurs et les journalistes, ce qui contraste avec les nombreux voyages qu'il a faits pour découvrir les peuples du monde, et avec les nombreux amis qu'il compta dans le monde artistique.