Chercher dans artalog.net...
 

Galerie Bertrand Trocmez

     Galerie Bertrand Trocmez - Clermont-Ferrand - France     Huguette-Arthur BERTRAND
 

Huguette-Arthur BERTRAND - Sans titre

 
Huguette-Arthur BERTRAND Sans titre  
Huguette-Arthur BERTRAND - Sans titre
Huile sur toila - circa 1979
24 x 19 cm.

Prix : contacter la galerie
Galerie Bertrand Trocmez
Tél. : +33 (0)4 73 90 97 97
www.galerie-trocmez.fr


d’Huguette Arthur Bertrand (1920-2005),
Figure féminine et singulière des arts dans le Paris des années 1950-1960, Huguette Arthur Bertrand s’est illustrée très tôt parmi les premiers représentants de l’art abstrait français d’après guerre, désignés sous l’appellation de nouvelle école de Paris. Née à Ecouen en 1920, Huguette-Arthur Bertrand passe son enfance et sa jeunesse à Roanne au contact de la tradition textile, en 1945 elle s’installe à Paris. En 1947 une bourse lui est attribuée pour pouvoir étudier à Prague, de retour à Paris se lie d’amitié avec d’autres artistes aux tendances d’abstraction géométrique Jean Deyrolle et Jean Dewasme, ainsi qu’avec d’autres peintres dont certains exposaient déjà dans la toute jeune galerie Denise René, installé rue de la Boëtie, Vasarely, Poliakoff et Magelli. Sa sensibilité et sa fougue la tiennent cependant à distance de la géométrie lisse et froide développée par son entourage et l’encouragent à suivre son énergie picturale propre. Présente au salon de Mai en 1949, elle participe au groupe « les Mains éblouies » exposé par la galerie Maeght en 1949-1950 et connaît ses premières expositions personnelles à la galerie Niepce en 1951, puis à la galerie Arnaud de 1953 à 1959. Prix Fénéon en 1955, elle expose l’année suivante à New York (galerie Meltzer) à Copenhague (galerie Birch) puis en Angleterre, en Belgique en Allemagne et au Japon.
En 1956, elle participe à l'exposition "L'aventure de l'art abstrait" présentée par Michel Ragon.
Des années cinquante aux années quatre-vingt-dix, son œuvre évolue de compositions très construites, organisant masses colorées et lignes en faisceaux, à des champs plus fluides parcourus de fulgurances et envahis d’ombres. Son univers pictural s’élargit d’une œuvre raisonnée à une liberté gagnée et mûrie, perceptible dans l’effacement du trait et la diffusion chromatique. La matière s’allège et les formes s’estompent pour laisser place à des nuées transparentes véhiculées par les solvants, comme pour atteindre l’essence même de la peinture dans un déploiement hors champs.
La transition s’effectue sur plusieurs années de manière progressive, dans une lente et patiente recherche. Si la progression est douce, l’énergie se libère et le geste s’affirme avec force. La construction et l’organisation des valeurs priment toujours sur la couleur utilisée dans des registres restreints, le plus souvent à dominantes de bruns, rouges et orangés, ses couleurs de prédilection
Les œuvres d’Huguette Arthur Bertrand sont conservées au Centre Groeges Pompidou, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, au Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne ainsi que dans nombre d’autres Musées Français où étrangers (notamment aux Etats-Unis).