Chercher dans artalog.net...
 

Galerie Salvany

     Galerie Salvany - -      Annick BOUVATTIER
 

Annick BOUVATTIER - La bague au doigt

 
Annick BOUVATTIER La bague au doigt  
Annick BOUVATTIER - La bague au doigt

80 x 80 cm.

Prix : contacter la galerie
Galerie Salvany
Tél. :



Annick BOUVATTIER est née à Nevers au milieu des années soixante. Son père, pédiatre et amateur d'art, lui transmet dès sa prime enfance le goût de la peinture. En 1982, baccalauréat scientifique en poche, elle délaisse la tradition familiale des études de médecine pour s’inscrire à l'école de mode "Berçot - Marie Rucki" où, pendant deux ans, elle reçoit une formation de styliste. Ses créations, présentées à Paris et à la Villa Médicis (Rome), connaissent un succès d'estime auprès des professionnels et font l'objet de nombreuses parutions dans la presse spécialisée. Cependant, plus attirée par la mode spectacle que par celle des boutiques, elle s'oriente très vite vers le cinéma et la publicité. Costumière styliste, elle travaille souvent dans les studios de Cinecittà à Rome. De ses séjours italiens, elle gardera le goût des couleurs chaudes, sensuelles, profondes : ocres ensoleillées, rouges sourds, bleus intenses, verts profonds. Début 1990, elle décide de se consacrer exclusivement à la peinture. Après deux années de recherche autodidacte, elle devient de 1992 à 1996 l'élève de Pierre Ramel, disciple et massier de Mac'Avoy, qui lui enseignera la technique de l'huile au couteau qu'elle travaille lissée, sans épaisseur de matière, tout en transparence. Aujourd'hui, Annick BOUVATTIER peint des femmes, seules ou entre elles, dans des appartements de ville presque vides, meublés d'ombres et de lumière. Belles, jeunes, sans fausse pudeur, indifférentes aux éventuels regards extérieurs, elles ne sont pas en représentation. Elles ne cherchent pas à séduire, ou alors comme par inadvertance. Petits gestes anodins du quotidien, moments sans importance, regards insaisissables, non-dits, histoires sans parole, Annick BOUVATTIER est le peintre des silences